COVID-19 : Informations importantes

La situation actuelle liée à la pandémie de la COVID-19 amène de nombreux changements pour les professionnels de la santé, dont les optométristes et les opticiens d’ordonnances, qui doivent continuer à prodiguer adéquatement des soins, tout en protégeant leurs patients et le personnel en clinique. Par conséquent, des mesures sanitaires ont été mises en place afin de respecter les directives de santé publique et d’atténuer le risque de contagion à la COVID-19 au sein des cliniques.

Toutes les activités régulières des cliniques d’optométrie sont permises et se poursuivent, y compris les examens de routine, dans le respect des consignes émises par le gouvernement, notamment le couvre-feu, le port du couvre-visage, la distanciation et le lavage des mains.

En ce temps de pandémie, il ne faut surtout pas négliger votre santé et celle de vos yeux.


Port du masque

L’obligation de porter un masque non médical (couvre-visage) dans les lieux publics fermés, dont les cliniques optométriques, a été imposée par le gouvernement en juillet dernier.  Le port du masque est ainsi exigé pour toute personne de 10 ans et plus qui fréquente un lieu public fermé. À noter que, suivant les indications gouvernementales, le port du masque est recommandé pour les enfants de 2 à 9 ans et qu’il est non recommandé pour ceux de moins de 2 ans.

consignes covid


La sécheresse oculaire liée au port du masque

Vieillissement, usage prolongé des écrans et pollution ne sont que quelques-uns des facteurs qui expliquent l’augmentation importante des cas de sécheresse oculaire chez tous les groupes d’âge. Avec la pandémie, un autre facteur vient contribuer à ce phénomène : le port du masque.

Essentiel pour prévenir la propagation de la COVID-19, le masque peut aggraver les symptômes de sécheresse oculaire. Lorsque l’on respire, l’air est dirigé vers le haut du masque. Si ce dernier n’est pas bien appuyé sur le visage, l’air se rend jusqu’à la surface de l’œil, ce qui accélère l’évaporation du film lacrymal. Résultat : on ressent un inconfort qui se manifeste notamment par des yeux rouges qui piquent ou qui démangent, une sensibilité accrue à la lumière et une fatigue. Les personnes âgées, dont le film lacrymal est de moins bonne qualité, les porteurs de lentilles et les personnes travaillant devant un écran toute la journée sont plus à risque d’en souffrir. La sécheresse oculaire peut également amener les gens à se frotter les yeux sans s’être lavé les mains. Le risque de transmission de la COVID-19 est alors accru.

Pour éviter ces désagréments et veiller à votre sécurité, assurez-vous de porter un masque ajusté et de bien le pincer sur le nez pour qu’il adhère à la peau. Vous pouvez également soulager vos symptômes de sécheresse oculaire en utilisant des gouttes hydratantes et en prenant des pauses de vos écrans.

Pour ce faire, suivez la règle du 20-20-20, aussi simple que bénéfique : regardez au loin toutes les 20 minutes et fixez un objet à une distance d’au moins 20 pieds (6 mètres) durant 20 secondes. Pensez également à cligner 10 fois des yeux très lentement toutes les 20 minutes. En effet, on cligne des yeux environ 12 fois par minute, mais seulement 5 fois devant un écran.


Les enfants n’y échappent pas!

Conséquences de la pandémie, l’utilisation accrue des écrans et le travail de près ont tendance à accroître myopie. Il est donc important de laisser jouer les enfants à l’extérieur, de leur rappeler de cligner souvent des yeux devant un écran pour bien les hydrater et de s’assurer qu’ils prennent des pauses toutes les 20 minutes en regardant au loin pendant 20 secondes.

Si vous avez des questions ou des préoccupations, n’hésitez pas à consulter un optométriste. L’examen visuel reste le moyen le plus sûr de préserver la santé de vos yeux. Notez que les rendez-vous sont espacés dans le temps, pour minimiser le nombre de personnes présentes dans les cliniques. Il pourrait donc y avoir un délai pour un du rendez-vous avec votre optométriste.