Frais accessoires

L’abolition des frais accessoires en vigueur depuis le 26 janvier dernier a donné lieu à une toute une saga. Devant l’improvisation du MSSS, qui publiait le 11 janvier un tableau erroné sur les frais accessoires désormais interdits ou admissibles à partir du 26 janvier, et devant l’absence de réponses satisfaisantes du Ministère à ce sujet, l’AOQ s’est vue dans l’obligation d’interpeller le MSSS sur la place publique par son communiqué de presse du 16 janvier.

Notre président, le Dr Steven Carrier, y déclarait notamment : « La confusion créée par le MSSS par la publication surprise de ce tableau est plus que désolante. Ce geste, sans même que nous soyons consultés fait preuve d’un manque de respect des pratiques élémentaires de dialogue avec une association professionnelle. La patience de nos membres est mise à rude épreuve … ».

Toujours sans réponse, dans un geste sans précédent, l’AOQ et trois autres associations et fédérations représentant plus de 21 000 professionnels de la santé ont diffusé le 19 janvier une lettre ouverte conjointe demandant au ministre de la Santé de clarifier une fois pour toutes la règlementation touchant l’abolition des frais accessoires dans les cliniques, pharmacies et cabinets d’optométristes.

Après beaucoup de confusion, de bruit médiatique et de discussions avec le MSSS, les représentants du ministère nous ont confirmé le 20 janvier, quelques jours à peine avant l’échéance, que seules les gouttes constituaient des frais accessoires pour les optométristes et donc, qu’elles ne pourraient plus être facturées au patient en sus d’un service assuré. Le MSSS admettait de plus qu’un certain montant devra être prévu pour compenser les optométristes pour le coût de ces gouttes.

À ce jour, certains détails ne sont toujours pas réglés avec le MSSS. En effet, une liste incomplète des gouttes qui pourraient être fournies par le MSSS circule présentement, ainsi qu’une méthode d’approvisionnement. Encore une fois, nous sommes en attente d’une liste corrigée.