Les chercheurs affirment que le manque de sommeil, les études excessives et la vie en ville pourraient être des catalyseurs supplémentaires de la myopie

Une nouvelle étude publiée dans le British Journal of Ophthalmology suggère que d’autres facteurs environne-mentaux peuvent augmenter le risque de développer la myopie chez les enfants, notamment une faible exposition à la lumière, des exigences accrues en matière d’études, l’uti-lisation de lampes LED pour les devoirs, un faible nombre d’heures de sommeil, des distances de lecture inférieures à 25 cm et le fait de vivre dans un environnement urbain.

Une équipe de chercheurs du Japon, de Singapour et de Pologne a passé en revue 80 études récentes réalisées entre 2013 et 2019 sur l’épidémiologie et les facteurs de risque de la myopie dans le monde chez les écoliers âgés de 6 à 19 ans.

L’examen a révélé que la prévalence de la myopie était plus élevée en Asie (60  %) qu’en Europe (40  %) d’après les examens de réfraction cycloplégique. D’autre part, des études utilisant des mesures non cycloplégiques ont montré des taux de prévalence de la myopie exceptionnellement élevés chez les écoliers en Asie de l’Est (73 %) et des taux élevés en Amérique du Nord(42 %). Les enfants d’Afrique et d’Amérique du Sud présentaient une prévalence de la myopie inférieure à 10 %.


Dans plusieurs pays, la prévalence de la myopie a aug-menté au cours des dernières années, ont noté les cher-cheurs. Dans une étude du district de Haidian à Pékin, en Chine, la prévalence de la myopie dans une cohorte d’écoliers de 15 ans est passée de 55,95  % en 2005 à 65,48 % en 2015. Dans la ville de Fenghua, dans l’est de la Chine, la prévalence de la myopie chez les lycéens est passée de 79,5 % en 2001 à 87,7 % en 2015, et une myopie élevée (supérieure à -6,0D) a largement contribué à cette évolution. En outre, l’étude sur les yeux de Waterloo a montré une augmentation à long terme de la myopie aux États-Unis. Le taux de prévalence a atteint 42,4 % chez les enfants de 10 à 15 ans, et 53,9 % chez les 15 à 20 ans.

Dans certains groupes de migrants, et en particulier dans ceux d’origine est-asiatique, les enfants étaient nettement plus myopes que ceux d’origine européenne, probablement en raison d’une éducation plus intensive, selon l’étude. En outre, les enfants d’origine est-asiatique passent moins de temps à l’extérieur et plus de temps dans des activités proches du travail que les enfants caucasiens européens de tout âge scolaire, ont noté les chercheurs.

Comme les taux de prévalence de la myopie dans les études non cycloplégiques semblaient surestimés, les chercheurs ont recommandé de ne tenir compte que des mesures cycloplégiques pour prédire les taux de myopie dans le monde.

Source

Grzybowski A, Kanclerz P, Tsubota K, et al. A review on the epidemiology of myopia in school children worldwide. BMC Ophthalmol. January 14,
[Epubahead of print].