Close Membres Trouvez un optométriste

La profession

Définition

« L’optométriste (O.D.) est un professionnel de la santé de première ligne, détenteur d’un doctorat universitaire de 5 ans, qui agit comme porte d’entrée des services oculovisuels.

Il évalue la vision, la binocularité et la santé oculaire. Son rôle est de procéder à l’examen des yeux et de la vision.

Il peut également prescrire et administrer des médicaments aux fins de l’examen de la vision et du traitement de certaines pathologies oculaires.

Il prescrit les lentilles ophtalmiques nécessaires, qu’elles soient cornéennes ou pour lunettes, et des traitements de rééducation visuelle.

L’optométriste prodigue des conseils afin de prévenir les troubles visuels et de promouvoir la saine santé oculovisuelle de ses patients et, au besoin, il peut diriger le patient vers d’autres professionnels de la santé. » – (Définition selon l’AOQ, 19 mars 2012)

Parcours académique

La formation de base pour devenir optométriste exige :

  1. Diplôme d’études secondaires, profil sciences (DES, 5 ans);
  2. Diplôme d’études collégiales en sciences de la nature (DEC, 2 ans);
  3. Doctorat professionnel en optométrie de l’École d’optométrie (OD, 5 ans).

Ensuite, il est possible de poursuivre le parcours académique aux études supérieures :

  • Microprogramme
  • Diplôme d’études supérieures spécialisées (D.E.S.S.)
  • Certificat de résidence de 2e cycle en optométrie
  • Maîtrise en sciences de la vision (M.Sc.)
  • Doctorat en sciences de la vision (Ph.D.)

Au Canada, deux universités offrent cette formation :

Le programme de doctorat professionnel en optométrie est l’un des plus contingentés, moins de 10% des candidats y sont admis. Ainsi, une quarantaine d’étudiants sont admis à l’Université de Montréal et environ 90 étudiants sont admis à l’Université de Waterloo.

Titres décernés

  • Doctorat professionnel en optométrie (O.D.);
  • Diplôme d’études supérieures spécialisées en Intervention en déficience visuelle (D.E.S.S.);
  • Maîtrise en Science de la vision (M.Sc.);
  • Doctorat en Science de la vision (Ph.D.).

Perspectives d’emploi

Au Québec, le taux de placement des optométristes est de 100%. Même si le choix des conditions de travail est plus restreint dans les grands centres urbains, dans les régions plus éloignées de la province les optométristes sont toujours très demandés. Par ailleurs, les perspectives restent aussi très intéressantes à l’extérieur du Québec, surtout dans les provinces de l’ouest du Canada où le ratio optométriste/population est très avantageux.

 Conditions de travail

Au Québec, la pratique de l’optométrie peut prendre différentes orientations selon le type d’organisation choisi par le professionnel pour mener sa pratique.

En début de carrière, les optométristes ont souvent un statut de travailleur autonome, ils pratiquent dans une ou plusieurs cliniques d’optométrie privées et ils sont rémunérés pour les examens optométriques dispensés aux patients. Cette situation permet aux jeunes optométristes de prendre de l’expérience et d’orienter leur carrière avec confiance.

Ensuite, la majorité des optométristes optent pour une pratique privée en association avec un ou plusieurs optométristes et opticiens d’ordonnances. Pour répondre à la demande des patients reçus en clinique privée, les optométristes adoptent des horaires flexibles incluant les soirs et les fins de semaine.

Quelques optométristes s’orientent vers une pratique ciblée en choisissant de pratiquer dans centre de réadaptation en déficience visuelle. Ces optométristes sont alors des salariés de l’État.

Il est aussi possible pour un optométriste d’enseigner à l’École d’optométrie et à la Clinique universitaire de la vision de l’Université de Montréal, et ou dans une autre université.

 Rôles des professionnels de l’optique

optometriste

Le parcours académique des optométristes comme décrit ci-haut est différent de celui des opticiens d’ordonnances et de celui des ophtalmologistes. Par conséquent, les prérogatives professionnelles qui en découlent ne sont pas tout à fait les mêmes pour chacun d’eux.

L’opticien d’ordonnances doit avoir obtenu un diplôme d’études collégiales (DEC) en technique d’orthèses visuelles et être membre de l’Ordre des opticiens d’ordonnances du Québec pour avoir le droit de vendre, de prendre les mesures nécessaires et d’ajuster des lunettes et des lentilles cornéennes de prescriptions.

L’optométriste doit avoir obtenu un doctorat professionnel d’une École d’optométrie universitaire et il doit être membre de l’Ordre des optométristes du Québec pour avoir de droit de procéder aux tests de la vision, aux examens de santé des yeux, de prescrire et d’administrer certains médicaments, ainsi que de prescrire, de vendre, de prendre les mesures nécessaires et d’ajuster des lunettes et des lentilles cornéennes de prescriptions.

Tandis que l’ophtalmologiste est un médecin spécialiste qui a obtenu un doctorat professionnel en médecine, suivi d’une formation de spécialisation et il doit être membre du Collège des médecins du Québec pour pratiquer et avoir le droit de procéder aux tests de la vision, aux examens de santé des yeux, de prescrire et d’administrer des médicaments ainsi que d’effectuer des chirurgies ophtalmiques.

L’organisation de l’optométrie

L’optométrie est une profession sous la gouverne de l’État, elle est donc soumise à la Loi sur l’optométrie, au Code et aux règlements de l’Office des professions du Québec et de l’Ordre des optométristes du Québec.

Par conséquent, tous les optométristes doivent être inscrits au Tableau de l’Ordre des optométristes du Québec pour obtenir un permis d’exercice. Cet organisme se décrit comme étant «un ordre professionnel constitué en vertu du Code des professions et de la Loi sur l’optométrie. Suivant ces lois et les règlements applicables, l’Ordre a pour principale mission d’assurer la protection du public, en garantissant à la population la compétence, le savoir et le professionnalisme des optométristes».

Selon la Loi et les Règlements sur l’optométrie, la formation continue est obligatoire pour tous les optométristes afin de conserver leur droit de pratique. Il appartient au Centre de perfectionnement et de référence en optométrie (CPRO) « d’établir et d’organiser un programme de formation continue pour les membres de l’Ordre des optométristes du Québec afin de répondre aux exigences règlementaires relatives au maintien des divers permis de pratique », comme l’affirme sa mission.

Les optométristes sont représentés, dans la défense de leurs intérêts professionnels et économiques, par l’Association des optométristes du Québec, un syndicat professionnel. En plus des associations provinciales, les optométristes de tout le Canada sont également regroupés sous l’Association canadienne des optométristes.

Depuis les débuts du régime d’assurance maladie en 1970, les examens optométriques sont reconnus et partiellement couverts par la R.A.M.Q..

  • Tous les services optométriques sont assurés pour les patients âgés de 0-17 ans et de plus de 65 ans
  • Les prestataires de la Sécurité du revenu (PSR) sont couverts pour un examen complet tous les 2 ans et pour un examen partiel au besoin;
  • Les visites pour urgence oculaire sont couvertes pour tous les patients, quel que soit l’âge. Toutefois, des frais peuvent être exigés pour le traitement et la prise en charge du patient.

Ainsi, les optométristes qui travaillent en clinique privée reçoivent des honoraires d’examens de la Régie de l’assurance maladie du Québec (R.A.M.Q.) pour les patients âgés de 17 ans et moins et de 65 ans et plus. Dans les autres cas, le patient paie directement les examens à la clinique d’optométrie. Certaines assurances collectives offrent des garanties pour les services optométriques et les lunettes ou les lentilles cornéennes.

Depuis 2015, des assistants optométriques certifiés se joignent aux équipes des cliniques d’optométrie au Québec.  Ceux-ci sont soumis à la Loi sur l’optométrie, notamment au Règlement sur les actes qui peuvent être posés par un assistant optométrique  qui exige une inscription au Registre des assistants géré par l’Ordre des optométristes du Québec pour avoir de droit d’agir sous la supervision d’un professionnel autorisé et poser ces actes précis :

  • Choix définitif de la monture de lunettes avec un patient, suivant les indications d’un optométriste ou d’un opticien d’ordonnances;
  • Prise des mesures requises aux fins de la commande d’une monture de lunettes ou d’une lentille devant y être insérée pourvu que ces mesures soient vérifiées par un optométriste ou un opticien d’ordonnances;
  • Ajustement d’une monture de lunettes contenant des lentilles suivant les indications d’un optométriste ou opticien d’ordonnances;
  • Vérification sommaire du confort visuel et physique que le patient obtient avec une lentille insérée dans une monture de lunettes.

Trouvez un optométriste